Pour mieux connaître....

  • Pierre-Yves
    Pierre-Yves Bureau

Kiwis un jour, Kiwis toujours

AddThis Social Bookmark Button

avril 2010

dim. lun. mar. mer. jeu. ven. sam.
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

A & P

  • Booste le trafic de ton blog
  • Référencé par Blogtrafic
  • Netpolitique, le site des phénomènes politiques sur Internet et par Internet
  • BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones
  • blogCloud
  • .
  • Paris

Rechercher...

« Et maintenant, que va-t-il advenir du PS ? | Accueil | Ce fut un long week-end.... »

13/07/2007

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Julien Tolédano

Pas telement d'accord avec un point qui est que le clivage gauche/droite vole en éclat: je ne le pense pas car, si les lignes bougent très marginalement, il demeure une gauche par rapport à ce nouveau centre qu'est l'aile droite pulvérisée du PS (Strauss-Kahn).
J'en suis l'incarnation de même que des dizaines de milliers de militants socialistes, surtout Ségolénistes.
Je te poste demain mon article sur les institutions: je souhaite que tu le publies...

Agathe

Je ne nie pas qu'il demeure une gauche en France !!!! Je pense juste que la ligne gauche-droite a recule un peu a gauche, c'est tout !
Comme la ligne droite-extreme droite a recule a droite.

Julien Tolédano

Une constante de toute vie politique est précisément l'évolution incessante du clivage gauche/droite: tu as tout à fait raison de dire qu'une partie du PS ne se situe plus du tout clairement à gauche ! (je pense aux dskistes, bien sûr !).

Enfin, il y a matière à développer plus finement l'analyse car ce n'est pas du tout simple: je perçois encore des différences fortes entre un militant bayrouiste et un militant dskiste: l'un me semble de droite, l'autre pas, même si l'autre n'arrête pas de nier ce qu'il y a de gauche chez lui: la sociologie des personnes continue en partie à déterminer leur positionnement, et surtout leur adhésion à un parti: à la République des blogs de Versac, on le voit bien: d'un côté les bayrouistes, plutôt de milieu très favorisé, physiques élancé, vêtements de marque plutôt tradtionnels/ de l'autre, les dskistes et ceux (rares) proches du PS, à l'image de Christophe Grébert, qui sont eux aussi favorisés mais dans des secteurs d'activité différents: les formes de lunettes et les coupes de cheveux moins conventionnelles, la chemisette sans le crocodile et le salut jovial à ceux qu'ils ne connaissent pas...
Il y a des différences de culture qui ne disparaitront pas: je pense que beaucoup de militants dskistes aujourd'hui doivent se sentir floués et pas tous prêts à suivre. On est de gauche et on le reste: il n'y a que les dirigeants qui peuvent se permettre ces grands écarts: eux ont les réseaux, l'argent, l'influence...
Pour trahir, il faut en avoir les moyens...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.