Pour mieux connaître....

  • Pierre-Yves
    Pierre-Yves Bureau

Kiwis un jour, Kiwis toujours

AddThis Social Bookmark Button

avril 2010

dim. lun. mar. mer. jeu. ven. sam.
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

A & P

  • Booste le trafic de ton blog
  • Référencé par Blogtrafic
  • Netpolitique, le site des phénomènes politiques sur Internet et par Internet
  • BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones
  • blogCloud
  • .
  • Paris

Rechercher...

« Arrêt d'Arrêts sur images : je penche pour la thèse "marché" | Accueil | Devedjian est une honte pour la France »

28/06/2007

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Olivier SC

Je n'ai pas d'arguments que je veuille présenter ; mais je suis pour cette entrée.

Je pense aussi au Lycée d'Istanbul qui a été très francophone avant que la France abandonne paresseusement et lâchement ses influences au langage de la "perfide" Albion et des States ...

La géographie ? Un argument de VGE. Le Liban est encore moins dans "le coin" et, pourtant, il fut un temps où, là encore, le français représentait quelque-chose. Et, dans mon regard, il n'y a rien de coloniale : je n'aime pas trop les colons.

Et après ces abandons, il suffit de voir qui arrive au sommet et menace la démocratie ; au Liban comme en Turquie.

AdA

L'influence de la France dans ses anciens colonies/territoires se perd... c'est un fait incontestable. Que ce soit au Maghreb, au Levant, ou en Afrique.
La France a tendance a se replier sur soi et sur l'Europe, et ne voit pas trop quel interet elle aurait a continuer d'entretenir des -bonnes- relations avec ses anciens territoires.
La francophonie en prend donc un coup, de meme bien entendu que la francophilie dans les territoires concernes.

Je ne pense pas que la situation politique au Liban ait beaucoup a voir avec la France, j'aurais plutot tendance a considerer que l'histoire de ce pays, ainsi que des clans qui le dirigent, ne changera jamais. Ce n'est pas une raison pour abandonner le Liban, mais je ne suis pas sure que la France ou l'Europe puissent vraiment faire quelque chose.

En ce qui concerne la Turquie, l'Europe l'a trop fait attendre. Mais les Turcs n'ont pas l'air de se rendre compte a quel point ils sont differents des Europeens, surtout en ces moments de periode religieuse troublee, ou le monde occidental a une facheuse tendance a penser que tous les musulmans sont des assassins et des extremistes.
Il faut quand meme laisser le temps aux Europeens de s'habituer a l'idee de coexister avec des musulmans.

(PS : aucun racisme ni extremisme dans mon propos, je serais egalement plutot pour l'integration de la Turquie dans l'Europe, mes deux dernieres phrases font seulement echo au sentiment majoritaire de la population europeenne)

PYB

En tant que partisan de l'entrée de la Turquie dans l'UE, une fois que celle-ci respectera les critères d'adhésion, je partage l'essentiel de l'argumentation développée par Agathe. La Turquie a beaucoup à apporter à l'UE. Le principal problème me semble la démographie galopante de ce pays qui ferait de la Turquie la première puissance de l'UE en terme de population.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.